information

INFOLETTRE

Abonnez-vous maintenant et recevez des nouvelles mensuelles du Centre d’information sur les services en français!

Information

Sante

SANTE

La santé en français en Alberta : une nécessité!

Recevoir des soins de santé en français en Alberta, est-ce si important? De l'avis de Luc Therrien, directeur du Réseau santé albertain (RSA), c'est primordial!

Une étude de Diane Bouchard, professeure titulaire au Département de sociologie et d'anthropologie de l'Université d'Ottawa et professeure au programme de doctorat en santé des populations, s'est intéressée aux profils de santé des communautés de langue officielle minoritaire en les comparant à ceux de la communauté linguistique majoritaire. Celle-ci démontre que les personnes vivant dans un contexte minoritaire se perçoivent en moins bonne santé que le reste de la population. « Quand on vit en minorité, on n'a pas le même accès aux ressources de manière générale. Le constat est que la situation socio démographique des populations nous montre qu'elles sont des populations vieillissantes et à faible revenu et ayant un faible niveau d'éducation si on les compare avec la majorité linguistique. Ce profil socio démographique donne des indicateurs qui influencent négativement la santé», explique Mme Bouchard.

Il faut donc augmenter l'offre active de services de santé en français. Cependant, selon Luc Therrien, un des plus gros défis du RSA demeure que les francophones de l'Alberta ne réclament pas de services de santé dans leur langue. « Ce n'est pas dans leur culture. De plus, il y a beaucoup de Franco-Albertains de deuxième et même de troisième génération. Tous ces gens parlent anglais. Cependant, dans le contexte de la santé, il est important de pouvoir communiquer dans notre langue première, car cela influence les impacts des résultats des traitements », explique-t-il.

En fait, il est prouvé que les barrières linguistiques réduisent grandement l'accès aux services de soins de santé et de prévention. Selon une étude du gouvernement du Canada, les gens attendent trop longtemps pour obtenir des services de santé dans leur langue. De plus, la communication entre le personnel de santé et le patient est moins claire, et il y a plus d'erreurs de diagnostic, car les gens ont de la difficulté à s'exprimer. « On note également une moins grande fidélité aux traitements prescrits, principalement parce que les patients ne comprennent souvent pas bien les consignes et les posologies », avance Luc Therrien. Pour citer Sarah Bohen, B. A., M. Sc, auteure d'une étude sur les barrières linguistiques dans l'accès aux soins de santé, « Si tu ne comprends pas ton patient, tu ne vaux pas mieux qu'un vétérinaire ». C'est-à-dire que les professionnels de la santé ont avantage à parler la langue de leurs patients s'ils veulent avoir un réel impact sur la santé de ceux-ci.

Centre de santé communautaire Saint-Thomas

À l'exception des soins prodigués par un petit nombre de médecins et par quelques professionnels de la santé d'expression française, les services de santé en français étaient inexistants en Alberta, jusqu'à la construction du Centre de santé communautaire Saint-Thomas, au cœur du quartier francophone d'Edmonton. Inauguré en 2007, le Centre de santé St-Thomas accueille environ 230 personnes âgées dans ses 200 appartements. Une clinique communautaire est également sur place et permet aux francophones d'obtenir des soins de santé primaires en français.

Pour Denis Collette, anciennement coordonnateur de projet pour la construction du Centre, il est primordial que les personnes âgées puissent bénéficier de soins de santé en français. « Ces gens ont souvent vécu toute leur vie en français. Or, plusieurs n'ont pas le choix que de finir leurs jours dans des institutions situées à l'extérieur de leur milieu culturel et où la langue de communication est l'anglais », déplore-t-il. L'arrivée du Centre, financé par les trois niveaux de gouvernements et par des dons personnels, vient corriger cette malheureuse situation. Il ajoute que la construction du Centre est le résultat de dix ans de collaboration entre les différents acteurs de la communauté francophone.

Développement des services de santé en français à Calgary

L'ACFA régionale de Calgary travaille au développement de services de soins en santé de qualité et en français dans la grande région de Calgary. Elle travaille à contacter tous les professionnels de la santé qui parlent français dans cette région ainsi qu'à obtenir davantage d'information sur les besoins de la communauté. Pour vous joindre à cette conversation, consulter ce lien

D'ailleurs, en 2014, le Comité Santé en français de Calgary sous l'égide de la régionale de Calgary, en collaboration avec le Réseau Santé de l'Alberta (RSA) et les autres partenaires communautaires, ont organisé une session de planification stratégique visant à appuyer le de développement des services de santé en français menés par l'incubateur des services financés par le Secrétariat francophone.

Les services mis en place pour les francophones de l'Alberta

Plusieurs organismes francophones oeuvrent dans le dossier de la santé. Notons, entre autres, le Réseau santé albertain, la Fédération du sport francophone de l'Alberta, Volontaires unis dans l'action du Canada et la Fédération des ainées franco-albertains. Grâce aux efforts de ces organismes, des ressources et services sont désormais disponibles en français dans le domaine de la santé. Ces organismes veulent mieux répondre aux besoins des individus et des familles qui parlent français dans la province. Des cliniques de dépistage, des activités sportives, des services de Navigateur en santé, des trousses pour les nouveaux parents francophones et plus encore sont des exemples de ces diverses initiatives.

Sante

SANTE

La santé en français en Alberta : une nécessité!

Recevoir des soins de santé en français en Alberta, est-ce si important? De l'avis de Luc Therrien, directeur du Réseau santé albertain (RSA), c'est primordial!

Une étude de Diane Bouchard, professeure titulaire au Département de sociologie et d'anthropologie de l'Université d'Ottawa et professeure au programme de doctorat en santé des populations, s'est intéressée aux profils de santé des communautés de langue officielle minoritaire en les comparant à ceux de la communauté linguistique majoritaire. Celle-ci démontre que les personnes vivant dans un contexte minoritaire se perçoivent en moins bonne santé que le reste de la population. « Quand on vit en minorité, on n'a pas le même accès aux ressources de manière générale. Le constat est que la situation socio démographique des populations nous montre qu'elles sont des populations vieillissantes et à faible revenu et ayant un faible niveau d'éducation si on les compare avec la majorité linguistique. Ce profil socio démographique donne des indicateurs qui influencent négativement la santé», explique Mme Bouchard.

Il faut donc augmenter l'offre active de services de santé en français. Cependant, selon Luc Therrien, un des plus gros défis du RSA demeure que les francophones de l'Alberta ne réclament pas de services de santé dans leur langue. « Ce n'est pas dans leur culture. De plus, il y a beaucoup de Franco-Albertains de deuxième et même de troisième génération. Tous ces gens parlent anglais. Cependant, dans le contexte de la santé, il est important de pouvoir communiquer dans notre langue première, car cela influence les impacts des résultats des traitements », explique-t-il.

En fait, il est prouvé que les barrières linguistiques réduisent grandement l'accès aux services de soins de santé et de prévention. Selon une étude du gouvernement du Canada, les gens attendent trop longtemps pour obtenir des services de santé dans leur langue. De plus, la communication entre le personnel de santé et le patient est moins claire, et il y a plus d'erreurs de diagnostic, car les gens ont de la difficulté à s'exprimer. « On note également une moins grande fidélité aux traitements prescrits, principalement parce que les patients ne comprennent souvent pas bien les consignes et les posologies », avance Luc Therrien. Pour citer Sarah Bohen, B. A., M. Sc, auteure d'une étude sur les barrières linguistiques dans l'accès aux soins de santé, « Si tu ne comprends pas ton patient, tu ne vaux pas mieux qu'un vétérinaire ». C'est-à-dire que les professionnels de la santé ont avantage à parler la langue de leurs patients s'ils veulent avoir un réel impact sur la santé de ceux-ci.

Centre de santé communautaire Saint-Thomas

À l'exception des soins prodigués par un petit nombre de médecins et par quelques professionnels de la santé d'expression française, les services de santé en français étaient inexistants en Alberta, jusqu'à la construction du Centre de santé communautaire Saint-Thomas, au cœur du quartier francophone d'Edmonton. Inauguré en 2007, le Centre de santé St-Thomas accueille environ 230 personnes âgées dans ses 200 appartements. Une clinique communautaire est également sur place et permet aux francophones d'obtenir des soins de santé primaires en français.

Pour Denis Collette, anciennement coordonnateur de projet pour la construction du Centre, il est primordial que les personnes âgées puissent bénéficier de soins de santé en français. « Ces gens ont souvent vécu toute leur vie en français. Or, plusieurs n'ont pas le choix que de finir leurs jours dans des institutions situées à l'extérieur de leur milieu culturel et où la langue de communication est l'anglais », déplore-t-il. L'arrivée du Centre, financé par les trois niveaux de gouvernements et par des dons personnels, vient corriger cette malheureuse situation. Il ajoute que la construction du Centre est le résultat de dix ans de collaboration entre les différents acteurs de la communauté francophone.

Développement des services de santé en français à Calgary

L'ACFA régionale de Calgary travaille au développement de services de soins en santé de qualité et en français dans la grande région de Calgary. Elle travaille à contacter tous les professionnels de la santé qui parlent français dans cette région ainsi qu'à obtenir davantage d'information sur les besoins de la communauté. Pour vous joindre à cette conversation, consulter ce lien

D'ailleurs, en 2014, le Comité Santé en français de Calgary sous l'égide de la régionale de Calgary, en collaboration avec le Réseau Santé de l'Alberta (RSA) et les autres partenaires communautaires, ont organisé une session de planification stratégique visant à appuyer le de développement des services de santé en français menés par l'incubateur des services financés par le Secrétariat francophone.

Les services mis en place pour les francophones de l'Alberta

Plusieurs organismes francophones oeuvrent dans le dossier de la santé. Notons, entre autres, le Réseau santé albertain, la Fédération du sport francophone de l'Alberta, Volontaires unis dans l'action du Canada et la Fédération des ainées franco-albertains. Grâce aux efforts de ces organismes, des ressources et services sont désormais disponibles en français dans le domaine de la santé. Ces organismes veulent mieux répondre aux besoins des individus et des familles qui parlent français dans la province. Des cliniques de dépistage, des activités sportives, des services de Navigateur en santé, des trousses pour les nouveaux parents francophones et plus encore sont des exemples de ces diverses initiatives.